ecrire un one man showJ'avais, il y a quelques années, - jeune auteur de théâtre, - acheté un livre qui s'intitulait : « Comment écrire des textes comiques » de Jason Byrne qui m'avait fait perdre - outre mon temps, - mon argent.

Récemment, j'ai entendu parler d'un livre qui a tout de suite attisé ma curiosité : « Écrire un one man show et monter sur scène » de Christine Berrou... Histoire de ne pas mourir idiot, je l'ai aussitôt commandé… et là, je viens juste de le terminer.

Que dire… si ce n'est que c'est un excellent bouquin… et lorsque l'on voit que le livre en est à son troisième tirage… on n'a peu de chance de se tromper en l'affirmant.

Pour ma part, je ne vous dirai pas que j'ai appris énormément en le lisant… J'ai tout de même acquis au fil des années un peu d'expérience… mais je dirai par contre qu'il m'a permis de donner un nom à des choses et des procédés auxquels je fais souvent appel… ou qui me viennent inconsciemment... et surtout j'avoue que si j'avais été jeune auteur, ce livre m'aurait fait gagner un temps précieux et un bien fou tant il est bien structuré, regorgeant d'exemples, de références et de très bons conseils qui rendent sa lecture ludique et motivante… sans compter que l'auteure : Christine Berrou est une humoriste confirmée… J'écris un peu ça, en souriant car je ne la connaissais pas avant de lire ce livre… mais bon, je suis un sauvage qui n'écoute pas beaucoup la radio… ne regarde pas trop de vidéos d'humoristes sur le web et au niveau de la télé, étant donné que je ne regarde plus « On ne demande qu'à en rire » depuis une éternité… je ne risquais pas de la voir. Je crois avoir lu et qu'elle n'y est pas restée - ce qui me la rend encore plus sympathique.:)

En tous cas, ayant visionné récemment certains de ses sketchs, j'ai bien ri… et reconnu ici et là certains exemples et « ficelles » de son livre.

 

Il est vraiment rare que je fasse de la pub… mais ce n'est pas si souvent que l'on tombe sur un bon livre – aussi, si vous débutez et que vous avez 20,20 euros à investir... n'hésitez pas à acheter cet ouvrage !

capture un pont pour deux

Si les gens qui veulent jouer nos textes, sans payer de droits d'auteur, se mettaient eux aussi à écrire… ils prendraient conscience de l'ampleur de la tâche et du temps nécessaire… Trouver une idée originale et sympa, des situations comiques, des personnages attachants... et bien entendu de bonnes vannes… Ils comprendraient aussi que tout cela - qui est déjà en soi-même un sacré labeur, - ne représente en fait que 20 % du travail total que nous passons sur un texte… car il y a bien 80 % du temps restant qui est consacré aux corrections ainsi qu'au peaufinage du texte.

Peut-être alors, rechigneraient-ils un peu moins à demander des autorisations de jouer à la SACD.

En ce moment, comme je le disais dans le précédent post, je lis beaucoup sur le chamanisme… fichiers pdf et pages trouvés sur le net... livres commandés ici et là.... C'est quelque chose qui me parle... qui explique certaines choses que j'ai pu vivre... et rejoint nombre des convictions que je me suis forgées dans cette vie.

J'ai essayé à de nombreuses reprises, de faire des voyages… avec l'intention de rencontrer mon animal totem... mais je n'y suis pas encore arrivé… Je ne désespère pas d'y arriver un jour et de plus, ces petites expériences ne sont pas désagréables. Le tambour m'apportant une détente et un véritable bien-être.

Ceci dit, cette nuit – du 13 au 14 février 2016 -, j'ai rêvé d'un animal : un magnifique cheval blanc… J'étais avec un ami – que curieusement je ne fréquente plus depuis plus de trente ans – à qui je voulais absolument montrer cet animal – ou plutôt cet « amimal » - que je trouvais fantastique… Fantastique parce qu'il me témoignait un sentiment d'affection très fort… Moi qui au naturel, aime beaucoup les chevaux mais qui les caresse avec tout de même, une certaine prudence… Je ne ressentais vis à vis de lui, absolument aucune méfiance… juste une immense complicité/amitié... Il respirait le bonheur et semblait ne vouloir que jouer. Je le voyais se cabrer par plaisir et manger des fleurs de bougainvillier. C'était amusant.

Nous étions derrière chez moi mais ce n'était pas comme dans la réalité. Il n'y avait pas de béton mais de la terre battue et l'enclos où se trouvait ce cheval n'était pas vraiment un enclos car il n'était pas fermé… Il était fait de bois rond mais servait plus à délimiter un espace qu'à enfermer un animal ; il était ouvert à de nombreux endroits mais le cheval blanc n'avait pas l'intention d'en sortir. Il semblait heureux d'être là avec moi et lorsque j'avançais ma main vers lui, il venait y poser ses naseaux pour se faire caresser.

Lorsque je me suis réveillé ce matin, je ressentais encore en moi, comme une sorte de chaleur, la joie que m'avait procuré ce rêve et j'ai pensé que ce n'était pas quelque chose d'anodin… et qu'il fallait que je garde une trace - d'où ce post…

Je crois en fait que j'ai fini par rencontrer mon animal totem... J'avoue avoir hâte de le revoir...

Scénario Wambli

J'étais parti pour écrire un moyen-métrage… Une histoire de collégiens avec une intrigue fantastique et une autre, amoureuse et je m'aperçois que j'ai déjà 55 pages en ayant été plutôt sobre et sans avoir terminé… Je pense qu'il y en a encore pour au minimum 30 pages.

Je n'aurais jamais cru être capable d'écrire un long projet… parce que j'aime beaucoup les formes courtes qui me permettent de travailler sans contrainte et de manière plus spontanée… Aussi suis-je assez content de ce que j'ai fait là – je pourrais, à cette heure, danser sur ma chaise. :)

Ces derniers temps, je me suis intéressé au chamanisme... et l'inspiration / l'intrigue est arrivée toute seule… Au départ, en fait, je ne souhaitais même pas écrire un script ; j'avais plutôt envie de revenir à la littérature… écrire une nouvelle substantielle… mais comme je voyais de plus en plus précisément les scènes… j'ai finalement opté pour le scénario qui m'a semblé à cause de cela, s'imposer.

Je ne sais pas du tout quand je finirai… En général chez moi, il y a 20 % d'écriture et 80 % de réécriture… ce qui veut donc dire que cela ne sera pas pour demain matin.

Mais une fois terminé, je démarcherai bien entendu des productions… et essaierai surtout de me trouver un agent qui puisse le faire à ma place… car comme beaucoup d'auteurs, si créer ne me fait pas peur, vendre ce je « produis » ou me vendre – ce qui est quasiment la même chose - n'est pas un exercice dans lequel j'excelle.

J'avais envie de revoir la série : "Men in Trees" (« Une Fille en Alaska ») que j'avais bien appréciée et dont l'action se déroulait en Alaska… et au final je suis tombé sur "Northern Exposure" (« Bienvenue en Alaska ») que je ne connaissais pas.

Certains hasards font vraiment bien les choses… Cette ancienne série (années 90) est tout bonnement géniale… Décors fabuleux, personnages plus qu'atta chants et des dialogues on ne peut plus savoureux / humoristiques… Je visionne les épisodes/saisons sans avoir envie de m'arrêter.

De plus, on y trouve d'excellents comédiens comme Rob Morrow, Janine Turner, Barry Corbin, john Corbett, John Cullum… et d'autres moins connus mais incroyables comme Darren E. Burrows et Elaine Miles.

Je ne doute pas que "Men in Trees", série plus récente, se soit – fortement - inspirée de celle-ci… J'y retrouve beaucoup de ce que j'avais apprécié dans cette dernière - voire plus.

Du coup, je suis étonné qu'en France, on ne se soit pas inspiré de cette série… Il y a bien de temps en temps quelques téléfilms basés sur le même concept… mais une série de ce type serait vraiment intéressante à tous points de vue tant il y a de matière (anecdotes, situations, personnages, etc.) à exploiter dans un village de l'arrière-pays.

NOUVELLES

RECUEILS

14 février 2017
14 février 2017
14 février 2017
16 février 2014
16 février 2014
team1
team2
team3
team4
team5
team6
team7
team8
team9
team10
team11
team12
team12
team12
team12
© 2017 JEAN-LOUIS BOUZOU, tous droits réservés.